Passerelle de la Paix
Lyon, France - 2014

Client Communauté Urbaine de Lyon
Superficie 220 m2
Coûts 9.8 M Euro
Concours 01 | 2008
Début études 04 | 2009
Début travaux 11 | 2011
Livraison 03 | 2014

Le nouveau franchissement sur le Rhône s’inscrit dans l’histoire des ponts de Lyon sur le Rhône, où l’on retrouve toujours le vocabulaire de l’arc. Cette géométrie leur donne une identité commune, homogénéité et harmonie. Ce sont des ponts en arc, ambitieux, de grande portée en accord avec les connaissances techniques de leur époque de construction. La passerelle se définie par un arc, élément majeur de son dessin. C’est un arc tendu, s’inscrivant dans le gabarit donné et restant toujours sous le tablier.
L’arc est l’élément stabilisateur du dessin, il est centré sur le Rhône.

La passerelle franchit le fleuve en douceur, en un seul mouvement souple et naturel qui engendre plusieurs chemins de traverse et offre naturellement des itinéraires correspondant aux différents accès sur chaque rive.

La passerelle est dissymétrique et orientée vers la ville de Lyon. La partie courante d’une largeur de 5 m est composée d’une bande destinée aux vélos et d’une bande pour piétons.
Un deuxième lien est constitué par la partie accompagnant l’arc qui relie les berges du Rhône. Ce lien rapproche le promeneur du fleuve et enrichit le franchissement.

Les 2 bandes s’unissent au centre pour former une place – un belvédère – au milieu du fleuve. L’aménagement de cet élargissement avec des bancs permet au promeneur de faire une pause à mi-chemin, et de profiter de la belle vue vers Lyon. C’est un lieu privilégié surplombant le fleuve, pour admirer le paysage.

Ce belvédère – élément essentiel du parcours – et les liaisons avec les berges sont des parties intégrantes du dessin du pont, lui donnant son statut d’espace public.

La structure tridimensionnelle de la passerelle se décrit comme deux grandes avancées sur le fleuve partant des deux rives pour se joindre au milieu.
Les membrures principales de ce système tridimensionnel sont constituées d’un arc incliné en section elliptique, d’une membrure reconstituée soudée au niveau du cheminement principal et d’un tube rond supportant la partie de liaison avec les berges. Les 3 membrures sont reliées entre elles par des diaphragmes constitués d’une tôle plane renforcée par des raidisseurs continus en croix. Une structure secondaire – des traverses en T et des solives en T dans le sens longitudinal portent le tablier en bois.
La partie descendante se pose sur des consoles soudées sur le tube rond.

Afin de privilégier la légèreté et la transparence le revêtement des cheminements est en bois. Chacune des lames de bois est traitée par une bande antidérapante.
Les garde-corps sont constitués d’un filet en acier inox permettant une transparence maximale de face toute en apportant un sentiment de confort et de sécurité pour le promeneur.

L’éclairage de la promenade est intégré entre les montants des garde-corps. Il apporte un bon éclairement du cheminement.
Des projecteurs intégrés éclairent la structure : la nuit les lignes courbes et élancées des cheminements, le déploiement des bielles, prennent toute leur ampleur.

Voir le projet de concours
Video de la construction jusq'au inauguration de la passerelle